Publié le par John l'Archiviste

Knowledge Graph Google : Késako ?

Le Knowledge Graph ou ce que je serai tenté de traduire par interconnexion des connaissances, vient d’être déployé ce mercredi 5 décembre sur la version française de Google.

Sans prétendre à détailler le concept je vais essayer de répondre aux questions que vous pourriez vous poser sur cette évolution, en synthétisant ce qu’on peut déjà lire sur la toile. (sources à la fin de cet article)

Pourquoi le Knowledge Graph ne s’affiche pas chez moi ?

Un peu de patience jeune Padawan ! La « propagation » se fait petit à petit sur l’ensemble des clients.

Comment le Knowledge Graph fonctionne ?

A priori comme tout système informatique, les data viennent d’une base de données.
AMHA, la vraie question serait plutôt mais quelle est cette base de données ?
Il semblerait que les data soient agrégées depuis 3 types de sources :

    1. Étatiques

La difficulté principale étant l’exhaustivité et la qualité de la base, Google aurait passé des accords avec des agences gouvernementales pour avoir accès à des sources de data spécifiques.
Je cite :
« Par exemple, Google aurait accès à la CIA World Factbook, une base de connaissances à jour sur tout ce que l’on sait sur tous les pays dans le monde. »

    1. Google himself

Mis à part les évolutions de Google sur l’analyse des mots, encore une fois en très gros, si un milliard de personne recherchent « johnny hallyday chanson », Google peut facilement en déduire que ce n’est pas le boucher du coin.

  1. Encyclopédiques
  • Wikipedia : inutile de le présenter <hs>Beau projet quand même de regrouper l’ensemble des connaissances humaines</hs>
  • Freebase : C’est là que ça devient {compliqué|intéressant}.

Freebase est une base de données (rachetée par Google et me rappelant un peu (feu) Google Square) regroupant des entités nommées.

OK, mais c’est quoi une « entité nommée » ?

C’est ce qui permet d’établir des liaisons, connexions entre les « choses », « personnes », « lieux »…
En très gros, pour faire le rapprochement entre deux data, on met en place une nomenclature spécifique qui permet à une machine de comprendre que tel ou tel élément sont liés.
Un peu comme nous pouvons déjà le mettre en place avec la structure schema.org ou l’authorship plus récemment.

Ok je vois un peu comment ça fonctionne, mais ça sert à quoi ?

Officiellement ou officieusement ? En vrac on pourrait citer :

  • Ne plus quitter Google pour trouver l’information
  • Permettre aux internautes de trouver plus facilement la réponse à leur question
  • Trouver une information complémentaire à laquelle nous n’aurions pas pensé

Ou sinon, petite video officielle qui vous permettra d’y voir plus clair :

<troll inside>Mais en gros c’est pas ce que faisait déjà Wolframalpha en 2010 ?

Ha ben si en fait, mais sur Google c’est pas pareil.
Ça me rappelle une histoire de bon et de mauvais chasseur …

Si le Knowledge Graph affiche les infos à droite des SERPS, ça n’empiéterait pas sur l’Adwords dès fois ?

… Bien vu, mais ne vous en faites pas pour Google, tous cela fait partie d’un plan machiavélique pour conquérir le monde !

Le Knowledge Graph s’applique-t-il à toutes les requêtes ?

Pour le moment je ne pense pas, en même temps ça vient tout juste de sortir en France, donc « wait and see » comme toujours.
Mais imaginons : un monde ou toutes les sources de données Google soient croisées entre elles.
Si vous cherchiez à « acheter basse pas cher Rocksmith ps3 », en plus de vous permettre d’accéder aux vendeurs (Google shopping), Google pourrait vous proposer des titres à télécharger (Google musique) correspondant à la playlist du jeu en question, le tout pour le stocker sur votre Nexus ou directement dans le Drive …
En soit c’est totalement faisable, il faut juste faire la liaison entre les différents éléments et les entités nommées sont là pour ça :

Pour aller plus loin :

2 réponses à “Knowledge Graph Google : Késako ?”

  1. […] on http://www.galette-pur-buzz.com Share this:TwitterFacebookWordPress:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. Écrit par gilles […]

  2. Léa dit :

    j’en ai beaucoup entendu parler mais avant votre article, je n’y comprenais rien alors merci pour les détails

Laisser un commentaire